vendredi 20 mars 2015

Recueil de citations de Cinquante nuances plus sombre (E L James)

"Je ramasse mon sac à main, j’enfile ma veste dans un haussement d’épaules et je me dirige vers la porte. Dehors, je prends une profonde inspiration de l’ai du soir de Seattle. Cela ne comble en rien le vide dans ma poitrine, un vide qui s’est installé depuis samedi matin, un creux douloureux qui me rappelle ce que j’ai perdu."

"Nous avons déjà chassé l’aube, Anastasia, ce soir, nous chassons le crépuscule."

"Je pense à ses cicatrices, l’incarnation brutale de son enfance terrible et un rappel répugnant des cicatrices mentales dont il doit encoure souffrir. Mon doux et triste Cinquante nuances. Il a dit des choses tellement charmantes aujourd’hui. Il est fou de moi."


"Tu pourrais avoir une belle brune soumise. Une qui te demanderait même la permission de respirer, en supposant bien sûr qu’elle ait le droit de parler. Alors pourquoi moi, Christian ? Je ne comprends pas."

"Tu me fais voir le monde autrement, Anastasia. Tu ne veux pas de moi pour mon argent. Tu me donnes de…l’espoir."

"Il y a quelque chose chez toi, Anastasia, qui me parle au plus profond de moi. C’est comme l’appel des sirènes. Je ne peux te résister et je ne veux pas te perdre."

"Nous nous trouvons sur la 2e Avenue. Les gens s’affairent autour de nous, absorbés par leurs tâches du samedi matin, sans aucun doute tourmentés par leurs propres tragédies. Je me demande si leurs histoires impliquent d’anciennes soumises qui les surveilleraient, d’anciennes dominatrices extraordinaires et homme qui n’a aucune idée de la notion de vie privée, telle que l’entend la loi américaine."

"Il sort du magasin avec une expression déterminée et une élégance naturelle. Deux femmes, arrivant en sens inverse, S’arrêtent pour le regarder. Allez-y, matez donc mon Cinquante Nuances, je pense, abattue."

"Impossible de cacher le mépris dans ma voix. Franchement, l’audace de cet homme ! Cet homme qui, ces derniers jours, m’a fait vivre l’enfer… Non, c’est faut. Je me suis infligé l’enfer. Non. C’est lui. Je secoue la tête, confuse."

"Christian acquiesce et nous passons la double porte pour pénétrer dans le hall grandiose. Je savoure le contact de sa main et de ses longs doigts habiles, enroulés autour des miens. L’attirance familière est bien là : je suis aimantée comme Icare vers son soleil. Je m’y suis déjà brûlé les ailes et pourtant je suis encore là."

"Je ne peux pas l’entendre. Je ne suis rien, Anastasia. Je ne suis qu’une enveloppe d’homme. Je n’ai pas de cœur."

"Cette prise de conscience est une véritable délivrance, comme si on m’avait soulagée d’un poids énorme. Cet homme superbe et abîmé, à qui j’ai autrefois songé comme mon héros romantique -fort, renfermé, mystérieux-, possède tous ces traits de caractère, mais il est également fragile, solitaire et plein de haine envers lui-même. Je suis remplie de joie, mais aussi de douleur pour sa souffrance. Et, en cet instant, j’ai la conviction que mon cœur est assez grand pour nous deux. J’espère qu’il est assez grand pour nous deux."

"Ce devrait être interdit d’être aussi beau. Et je ne sais si c’est la distraction momentanée que son apparence parfaite me procure ou le fait de savoir qu’il m’aime, mais cette menace ne me terrifie plus. C’est mon Cinquante Nuances, il est comme ça."

"Je sais et je comprends ta détermination à me protéger. Et une partie de moi aime ça. Je sais que si j’ai besoin de toi, tu seras là, comme je le suis pour toi. Mais si nous aspirons à un quelconque avenir ensemble, il faut que tu me fasses confiance et que tu aies confiances en mon jugement. Oui, parfois, ça m’arrive de me tromper, je fais des erreurs, mais il faut que j’apprenne par moi-même."

"Je ne me suis jamais sentie aussi vivante et importante qu’en cet instant. Depuis que je l’ai rencontré, j’ai connu et vécu toutes sortes d’émotions et d’expériences. On ne s’ennuie jamais avec M. Cinquante Nuances."

"Me rappelant qu’il a failli y rester avec Charlie Tango la veille, je frémis et les larmes affluent dans mes yeux. Si quelque chose lui arrivait…Je l’aime tant. Mes larmes coulent sur mes joues sans que je puisse les retenir. Il y a tellement d’aspects chez Christian –sa part douce et gentille et sa part dominante genre « je peux faire ce que j’ai envie de toi et tu ramperas à genoux »-, ses cinquante nuances, tout ce qu’il est. Incroyable. Et tout à moi. Et je sais que nous nous connaissons peu, et que nous avons une montagne de problèmes à surmonter, mais je sais aussi que, pour l’autre, nous y parviendrons –et nous avons toute la vie devant nous pour ça."
Mes livres sur Babelio.com

Popular Posts

Les Histoires de N. Fourni par Blogger.

Google+ Followers

Suivez-N